DOSSIER SANTÉ

Je suis fatigué(e) le matin au réveil…!

 

Le sommeil est une période de repos indispensable. Il faut se rappeler qu’un adulte nécessite de 7 à 8 heures de sommeil en moyenne chaque jour, celui-ci devant s’effectuer dans de bonnes conditions : peu de lumière, pas de bruit, une température moyenne, une humidité modérée et une bonne literie. Cela revient à dire qu’il dort 1/3 de son temps de vie. Ce sommeil est un phénomène complexe qui se déroule selon un schéma précis, avec une alternance de phases : endormissement, sommeil léger, sommeil profond puis sommeil paradoxal au cours duquel se produisent les rêves. Cette alternance se déroule sur un cycle de 90 minutes. Ainsi, chaque nuit, sur 7 à 8 heures, il y aura 5 cycles consécutifs et c’est à cette condition que la récupération de la fatigue de la veille sera obtenue.

 
 

Quels sont les facteurs qui perturbent l’organisation du sommeil ?

  • Le style de vie : coucher à des heures très différentes chaque soir, veille prolongée au-delà de minuit, télévision dans la chambre, ordinateur au lit, exercice sportif soutenu après le diner.
  • Les rythmes imposés par le travail et la vie sociale : métro-boulot-dodo, burn-out, travail de nuit.
  • L’alimentation : Rôle péjoratif de l’alcool (il induit plus vite le sommeil mais celui-ci n’est que de piètre qualité). Déjeuner « sur le pouce » sans recherche d’équilibre diététique, diner trop copieux. Rôle péjoratif aussi des excès de café et de thé tout au long de la journée, sans parler de la prise régulière ou exceptionnelle de drogues : cannabis, cocaïne, etc.…
  • Un état dépressif : C’est une fatigue insidieuse qui va se manifester sur une longue période avec fatigue le jour mais aussi fatigue le matin au réveil.
  • Différentes maladies : Le diabète souvent associé à l’obésité, la maladie de Parkinson, toute maladie comportant des douleurs, d’intensité plus ou moins élevée, l’apnée du sommeil, toux nocturnes et ronflements.
  • Un non-respect des cycles du sommeil : En effet, le réveil brutal en plein sommeil profond ou paradoxal (par exemple par une sonnerie) engendre une fatigue, une lenteur à effectuer les tâches quotidiennes et donc une mauvaise adaptation aux exigences de la vie professionnelle.
  • La prise de médicaments : le soir, au coucher. 

Voilà une longue liste qui doit permettre, avant de s’inquiéter, de mieux s’analyser et se corriger pour profiter le plus pleinement possible du sommeil réparateur.

Dans de rares cas, maladies ou état dépressif, l’appel au médecin pourra être nécessaire. Il faut également se méfier de la prise intempestive de certaines médications « réputées » bénéfiques pour un bon sommeil et donc un bon réveil. Certaines sont en fait des excitants qui viennent compliquer la situation (exemples : tisanes avec du thé vert, médicaments à base de benzodiazépines).

 

Auteur : Docteur André Petitet
Direction Médicale : Docteur Frédéric Dussauze
Novembre 2014
Conflits d’intérêts : L’auteur n’a pas transmis de conflits d’intérêts concernant les données diffusées dans cette interview ou publiées dans la référence citée. Cet article est issu d’une expérience de terrain, il existe d’autres produits, et d’autres protocoles de prise en charge.

 

Les autres dossiers santé

CONTACTEZ-NOUS

Nous vous rappelons gratuitement
Entrez votre numéro de téléphone 
Choisissez votre jour et heure de rappel
Date  
Heure  
0805 501 101
Du lundi au vendredi de 9h à 18h
et le samedi de 9h à 17h
 Appel gratuit depuis un poste fixe ou selon opérateur depuis un mobile.
Contactez nous
Vous pouvez aussi nous contacter par e-mail